Deux innocents en Écosse des tartans

Bienvenu,

Dans notre premier billet, un mot s’impose non seulement pour expliquer l’objet de ce bloque portant sur le référendum en Écosse, mais aussi pour expliquer le nom qu’on lui a donné : « Deux innocents en Écosse des tartans ».

C’est dans le cadre de nos travaux de recherche, en préparation d’un livre traitant de la sécession et du droit à l’autodétermination des peuples (à paraître en 2015, chez Les Éditions XYZ), que nous séjournerons une semaine à Édimbourg, en Écosse, à partir de ce dimanche. Nous effectuerons du travail de terrain afin de mieux saisir et comprendre les paramètres de la démarche référendaire, qui culminera le jeudi, 18 septembre, avec le vote sur la question de l’indépendance de l’Écosse.

Le présent blogue nous permettra de tenir et de partager un genre de journal de bord, à saveur juridique.  Plus souvent qu’autrement en lien avec les aspects de droit public et de droit international, nos réflexions sur le processus de consultation sur l’indépendance de l’Écosse couvriront une panoplie de questions, allant du cadre législatif formel, sur lequel Westminster et Édimbourg se sont entendus, aux aspects plus ‘people’ qui intéressent monsieur et madame Scott, comme le ‘look’ des affiches du camp du AYE.

Pourquoi ce nom?  Il s’agit, bien évidemment, d’un clin d’oeil au célèbre ouvrage de Jacques Hébert et Pierre Elliot Trudeau, « Deux Innocents en Chine rouge », mais loin de nous l’idée de se prendre pour ces deux hommes plus grands que nature.  Comme eux, toutefois, nous sommes fascinés par un pays en plein chambardement et à l’égard duquel, nous espérons, il y aura beaucoup à gagner de visiter ses terres et de rencontrer ses gens, ses acteurs politiques, ses représentants de la société civile et autres intervenants de tout acabit.

L’investissement et les sacrifices sont immenses, nul doute : laisser collègues et étudiants en plein coeur du trimestre d’automne, et abandonner femmes et enfants afin d’aller au loin dans cet État en devenir (peut-être)… mais la cause est noble et le besoin du savoir érudit nous inspire.

 

Deux innocents en Chine rouge

Ce contenu a été mis à jour le 17 septembre 2014 à 18 h 16 min.

Commentaires

Laisser un commentaire